Publié le Laisser un commentaire

Je vais dessiner tous les jours pendant un an

Pour progresser, il n’y a pas de secret miracle, enfin si il y a un secret: dessiner, dessiner et dessiner encore.

J’ai donc décider de progresser et pour cela de dessiner tous les jours tout au long de cette année.

Dessiner tous les jours pendant un an, une idée pas si folle

C’est  à force de regarder des vidéos youtube sur différent défi que j’ai fini par me dire qu’il fallait que je prenne le taureau par les cornes.

J’ai donc mis en place un début de programme pour l’année. Je dis un début de programme car je me laisse la possibilité d’ajouter des choses sur mon chemin pour répondre aux difficultés que je vais rencontrer.

Pourquoi

Je me suis rendue compte que mon manque de technique rendait certaines positions de personnages, scabreux. Je contourne souvent le problème mais de ce fait je ne me sens pas libre dans mes compositions.

UNe autre raison c’est que j’aime relever des défis un peu fou, un peu comme escalader l’Everest ou plus modestement le Mont blanc. Ce défi ce sera mon mont blanc à moi.

On n’escalade pas une montagne sans un minimum de préparation.

C’est intéressant de prévoir le matériel, de construire sa route étape par étape pour ne pas se sentir perdu et abandonner faut d’objectif.

 

Préparation du défi

Anticiper les difficultés

 Il faut aussi se projeter dans les difficultés que l’on va rencontrer et anticiper les coups durs. .

IL est aussi intéressant d’écouter le récit de ceux qui sont passés avant nous par cette même épreuve.

J’ai déposé sur une feuilles les grandes lignes de mon voyage. Je ne suis pas sûre de suivre cette liste dans un ordre chronologique.

Par exemple à l’heure ou je rédige cet article cela fait déjà deux semaines que j’ai commencé le défi et je suis pour l’instant sur le corps dans son ensemble. Je pense y rester un voir deux mois avant de m’intéresser plus spécifiquement au visage.

J’ai deux compagnes pour ce voyage qu’il faut que je ménage avec attention: l’ennuie et la précipitation.

L’ennuie a besoin de challenge de jeu de fun.

La précipitation à besoin de calme de patience, de mesure.

Si j’arrive à nourrir ces deux compagnes, mon voyage sera long et serein.

Mon programme pour le défi d'un an de dessin

Je vous propose de vous partager chaque mois, l’avancé de ce voyage au pays du dessin.

Vous pouvez aussi suivre plus régulièrement ce périple sur mon compte instagram

Publié le Laisser un commentaire

Comment j’ai réalisé un catalogue original pour mon exposition?

A partir du 9 septembre je serai au pub le Bacchus à Château Thierry, pour une durée de 3 semaines. Je voulais réaliser un catalogue que les clients auraient envi de feuilleter. Un catalogue qui permette aux client de découvrir les toiles de façon ludique, qui les invite à agir. Voici comment je m’y suis prise.

affiche

un porte clé catalogue

carte de présentation de l'artiste

J’ai eu l’idée de concevoir des portes clés avec des cartes.

Pour cela j’ai utilisé l’application Canva.

J’ai placé tous les éléments que je considérais comme important.

Construction des cartes du catalogue

Le titre: nom de la toile

La famille: chaque toile est inscrite dans une série. J’ai aussi utilisé les couleurs et attribué une couleur à chaque famille.

les dimensions: je ne pourrais peut être pas accrocher les 25 toiles, mais je laisserai dans le catalogue toutes les toiles ainsi, j’offre la possibilité aux personnes de réserver une toile qui ne serait pas présente sur l’expo. IL est important que les personnes puissent avoir une idée de la taille de la toile.

 

carte catalogue

La technique utilisée: même si pour la quasi totalité des toiles la technique est mixte (collage et peinture).

Le prix: c’est l’élément central d’un catalogue.

Le QRcode: mon petit plus ludique. Je pense que cela va susciter la curiosité des clients. Cela va aussi me permettre de faire passer beaucoup plus d’informations. Il va y avoir des making off, des liens vers mon compte instagram, des vidéos de montage ou des liens vers ce blog où j’explique tout ce qui se cache derrière une toile.

J’ai pris beaucoup de plaisir à préparer cette exposition. J’espère que les clients apprécieront cette présentation.

N’hésitez pas à passer me rencontrer. je serai présente le vendredi 9 septembre à 20H.

Publié le Laisser un commentaire

Comment créer un visuel?

Suite à une demande du comité des fête de la mon village, j’ai réalisé un visuel.

La demande était la suivante: réaliser un logo poétique et coloré pour une impreesion sur des T Shirts et autres documents.

Je vous présente ma démarche et mon travail.

Recherche à partir des mots et des idées

Je couche sur le papier les différentes idées. Pour ce visuel, j’ai l’avantage de vivre sur la commune et de connaitre le comité des fêtes. Cela me permet de mieux coller à la demande.

Je voyais trois éléments indispensables:

  • des maisons pour le coté village
  • des personnages pour la convivialité
  • les fanions qui sont le symbole de la fête. Ils sont accrochés en travers des rues lorsque le village est en fête.
carte mentale

Ce n’est pas grand chose mais cela permet de poser des mots et derrière chaque mot, il y a des images mentales.

La recherche visuelle

Une fois les éléments trouvés, il faut les agencer.

La bonne idée est rarement la première, à moins d’avoir beaucoup réfléchis en amont.

J’avoue avoir quand même laissé mon esprit trouver par lui même des arrangements avant de faire des essais sur le papier.

J’utilise une technique que j’ai apprise dans le cours de Adolfo Serra. Je vous en parlais ici.

J’ai d’ailleurs pris un nouveau cours Domestika avec lui, car sa façon de procéder me parle beaucoup.

Lorsqu’il fait une recherche, il dessine des petites cases et cherche différentes idées d’organisation. C’est ce que j’ai fait.

croquis de maison

La bonne idée pour le visuel

Une fois la bonne structure trouvée, je l’ai proposée à mon entourage pour un avis. Je fais souvent ( presque toujours) ça. Cela me rassure même si je ne suis pas toujours leur point de vue.

J’aurais pu le scanner ou le photographier et m’en servir de modèle mais j’ai préféré le refaire entièrement sur ma tablette.

croquis maison et personnage

Réalisation du visuel sur la tablette

J’utilise depuis peu le logitiel Procreate. J’avoue que c’est beaucoup plus facile que la tablette graphique.

visuel terminé et validé par le comité des fêtes

petit village coloré ave des personnes dansant devant

J’adore ce type de projet même si c’est encore difficile pour moi de gérer l’appréhension de ne pas satisfaire la demande, mais je m’en affranchis de plus en plus.

Publié le Laisser un commentaire

Le temps d’une toile

petites maisons colorées sur un fond bleu foncé

J’avais envi pour cet article de vous proposer un autre regard sur la toile. Je vous ai déjà partagé l’aspect pratique. Je vous ai proposé de m’accompagner étape par étape dans chaque geste. Cependant toutes ces actions ne sont pas réalisées dans le même temps.

Voici dont le temps d’une toile, le temps vécu.

Le temps d'avant

Avant l’idée de la toile, il y a le temps infini de la gestation. Quelque part, au creux de l’esprit, tissé d’émotions, les choses se préparent.

Rien de précis, comme des petits pointillés posés les uns à coté des autres. Placés au hasard?

Ce temps n’est pas normalisé, il ne rentre dans aucune case. Il est insaisissable. Plus on essaye de le maitriser et plus il nous échappe.

Le temps de l'idée

Et puis à l’instant T, l’idée arrive. C’est une évidence. C’est urgent, immédiat. Il faut le faire, là maintenant, poser des choses de peur que cela s’enfuit. Qu’est ce que cela? Des couleurs, des mots, des formes .

Le temps devient pressant, comme en équilibre sur  un fil. L’émotion est forte. Comme une étincelle qu’il faut entretenir sans l’éteindre.

Le temps contraint

formes de couleurs posées sur un fond foncé

Une fois posée l’urgence, le temps s’aligne, s’allonge. IL se structure.

Temps pour réaliser les fonds, découper les formes, décorer les formes.

Temps usine, mécanique.

Temps contraint qui va permettre à l’idée de prendre forme.

 Temps laborieux.

 Accouchement.

Temps consentis car il préface le plaisir futur.

Temps douloureux.

Traversée du désert pour faire face aux moments de désespoir.

J’ai parfois renoncé tant ce passage était difficile. Désormais, je sais que ce travail est nécessaire. Je prends mon temps en patience.

Le temps intense

Arrive le moment décisif et intense du collage.

Chaque pièce doit trouver sa place définitive. Il faut se poser et rester bien présent.

Je me noie tellement dans ces instants de présence intense que j’en oublie le temps. Je deviens le temps.

Le temps léger

petites maisons colorées sur un fond bleu foncé

Une fois les pièces collées de façon définitive, il faudra attendre que la colle sèche.

En générale, je laisse passer une nuit. J’ai souvent  besoin de prendre un peu de distance avec la toile.

Ensuite viendra le moment des finitions. C’est le moment que je préfère. Je le savoure, je le repousse parfois pour faire durer ce moment de plaisir imaginé. 

Je m’y prépare comme une cérémonie: une boisson chaude, une musique douce et inspirante. Je m’assure de ne pas être dérangée.

Je vais pouvoir laisser agir la magie. Ce temps est léger comme un murmure. Il faut écouter pour placer les ombres, les reflets de lumières, les contours.

Le temps satisfait

C’est le moment ou je vais chercher le titre du tableau. Laisser ce temps infuser et ressentir cette émotion tout neuve de satisfaction. C’est aussi le moment ou mon temps va l’emporter sur celui des autres membres de la famille. J’aime qu’ils puissent me dire ce que cela évoque pour eux.

Voici donc le temps d’une toile partagé.

Je ne sais pas si vous aussi vous avez remarqué que le temps ne s’écoule pas toujours de la même façon lorsqu’on crée.

Vous pouvez partager votre façon de le percevoir dans les commentaires.

Publié le Laisser un commentaire

Comment s’organiser au quotidien quand on cumule les activités.

Je suis directrice d’une école de 4 classes, je suis maitresse d’une classe à triple niveau ( petit moyen grand).  Je suis bénévole dans une association de quartier où je suis très impliquée. Je suis artiste et je consacre nombre d’heures à cette passion. Je dois aussi gérer mon emploi du temps en harmonie avec celui de mon mari qui cumule un travail et deux fonctions d’élu.

Autant dire qu’il me faut une organisation béton. J’ai déjà fait un article sur les carnets que je décore. Je vous fait aujourd’hui un petit article sur la partie technique et moins artistique de ces carnets.

Je suis très fortement inspirée de la technique du bullet journal. Je pratique ainsi depuis 6 ans. je n’ai aucune notification sur mon téléphone et je ne gère rien de façon numérique pour ce qui concerne ma gestion quotidienne.

premières pages du carnet

Lorsqu’on utilise un bullet journal, on parle du futurlog. C’est un terme qui veut dire que ces pages sont consacrées au futur.

Il me faut environ 4 mois pour remplir un carnet. Afin d’avoir une bonne visibilité sur les mois suivants , mon futurlog sera de 7 mois suivant le mois où je commence le carnet.

Je consacre une page pour chaque mois et je laisse un place pour ajouter quelques notes.

Ces pages me permettent de noter ce qui va arriver.

Une double page par domaine

Chaque domaine va se voir attribué une double page avec des objectifs et des routines qui vont permettre d’atteindre ces objectifs.

Cela me permet aussi de me centrer sur l’essentiel, de découper les projets en petites tâches réalisables chaque jour.

Au niveau artistique, j’utilise les plans à 90 jours pour permettre à mon activité d’avancer et de croitre.

Gestion du mois en court

POur la gestion du mois en court, j’utilise tout d’abord une double page et un tableau à double entrée.

Chaque domaine a sa couleur. Dans cette partie je ne place que les rendez vous et les événements.

J’ajoute ensuite 4 pages sous forme de listes. Ces pages me permettent de placer toutes les choses à faire.
J’essaie au maximum de faire un travail de découpage en amont afin de ne pas placer des taches qui nécessitent plusieurs étapes. dans la marge, je place la couleur liée au domaine.

J’ai aussi un système de codage qui me permet d’attribuer un jour de la semaine à la tâche, si je veux le faire par exemple un jour ou je ne suis pas en classe.

Les pages suivantes seront entièrement vierges.

Chaque soir,je suis la routine suivante: 

  1. Je marque la date du lendemain
  2. Je regarde dans mon planning de date, les rendez vous et événements importants que je vais reporter sous la date.
  3. Je regarde si la veille il y a des taches que je n’ai pas eu le temps de faire
  4. je raye dans la liste des tâches toutes celles qui sont terminées.
  5. Je lis la liste des choses à faire et je choisis celles que je veux réaliser le lendemain.

Ma journée est prête.

Les pages spécifiques

Il ya des pages qui me servent à gérer mon quotidien.
La liste des tâches ménagères. Chaque habitant de la maison a des tâches à faire tous les jours pour le bien être de la vie de la collectivité.

J’ai aussi un agenda de toutes les manifestations auxquelles je veux participer d’un point de vue artistique. cela me permet de ne pas avoir trop de choses concentrées au même moment. 

le déroulé de mon

Le carnet vit avec moi et ainsi il peut m’arriver d’ajouter un page sur un sujet du moment, de prendre des notes sur une conférence et ainsi pouvoir les relire.

Conclusion

Je pratique ainsi depuis plusieurs années. Je ne reviendrai pour rien au monde à un agenda standard. Je trouve cela trop rigide.

Je n’ai jamais oublié un rendez vous et pourtant je n’ai que cela pour gérer tous les aspects de ma vie.

Mon carnet n’est pas beau. Même si je sui artiste, je n’en décore que la couverture.  Il ne respecte que quelques précepte du bullet journal, je dirais l’essentiel puisqu’il a vocation à m’être totalement adapté et redoutablement efficace pour gérer mon quotidien.